A partir du 10 mars 1431...

Publié le 18 Mars 2012

"...L'interrogatoire a parfois lieu dans  la prison même de Jeanne, à huis clos.

Mais de toutes les façons et quelles que soient les conditions des interrogatoires, jamais elle n'a eu d'avocat, ce qui était absolument contraire au règlement des procès d'Inquisition.

Il faut lire en entier le procès de condamnation pour mesurer à la fois l'acharnement des juges et assesseurs à tenter de la mettre en contradiction avec elle-même et la sagesse , la sérénité, parfois l'humour, qui caractérisent les réponses de Jeanne."

 

3 mars 2012.

Fébrile je me dépêche de terminer les préparatifs de notre départ.

Cela fait 7 mois que nous ne sommes pas allés dans notre maison du bout des terres, et nous avons grand besoin du mouvement incessant des éléments pour retrouver notre équilibre.

 

FEV 2012 AU GUIL 

  Juste avant de boucler ma valise, je glisse à l'intérieur le" petit" livre de Régine Pernoud. 

 

FEV-2012-AU-GUIL-1.jpg 

  Il fallait que je m'accapare la vie de cette petite lorraine dont nous venons de fêter le 600ème anniversaire de sa naissance à Domrémy.

 

EVELYNE--E-1.jpg

    

J'ai apprécié cette lecture.

(Toutes les lignes en gras exposées ici sont tirées du livre de Régine Pernoud.)

 

2012-03-07--VACANCES-FEV-MARS-2012-AU-GUIL.jpg 

 Ce livre est essentiellement composé de témoignages de Jeanne et de son entourage pendant ces deux années de sa petite vie qui ont boulversé le cours de l'histoire de notre pays.

Ainsi il rétablit la vérité sur la Pucelle parfois bafouée et exagérée par certains historiens et cinéastes.

Mais surtout, madame Pernoud nous décrit sans pudeur la foi inébranlable de Jeanne et  " ses voix."

 

"Mais le plus souvent, me disent mes voix que je serai délivré par grande victoire; et ensuite me disent mes voix:

"Prends tout en gré, ne te chaille de ton martyre, tu t'en viendras enfin au royaume de paradis."

(...) J'appelle cela martyre, ajoute t-elle, par la peine et adversité que je souffre en prison, et ne sais si j'en souffrirai de plus grandes, mais m'en rapporte de tout à notre Seigneur."

 

En 1428, le moral des français est au plus bas. N'ayant plus de roi et sous occupation anglaise; ils semblent se laisser aller à leur propre sort.

 Les résistances sont faibles et sans conviction comme nous le comprenons à la reflexion de cet écuyer de Charles VII proche de Jeanne. 

 

  "D'autres ont été de même conquis par l'insistance de Jeanne et sa ferme assurance; ainsi comme Jean de Metz, écuyer du roi:

"Ma mie, que faites-vous ici?

Ne faut-il pas que le roi soit jeté hors du royaume et que nous soyons anglais?"

Et la pucelle répondit:

"Je suis venue ici à chambre de roi(dans une place royale) pour parler à Robert de Baudricourt pour qu'il veuille me conduire ou me faire conduire au roi, mais il ne fait pas attention à moi ni à mes paroles.

Et pourtant, avant que soit la mi-Carême, il faut que je sois auprès du roi, dussè-je m'y user les pieds jusqu'aux genoux.

Il n'y a en effet personne au monde, ni roi, ni duc, ni fille ou roi d'Ecosse ou autre, qui puisse recouvrer le royaume de France.

Il n'aura secours si ce n'est de moi, bien que j'eusse préférer rester à filer auprès de ma pauvre mère, car ce n'est pas mon état. Mais il faut que j'aille et que je fasse cela, car mon Seigneur veut que j'agisse ainsi."

"Je lui ai demandé, poursuivit Jean de Metz, qui était son seigneur. Elle me dit que c'était Dieu."

 

C'est ici que commence une nouvelle vie pour Jeanne .

 

EVELYNE--E-1-1.jpg

 

Autrefois jeune fille simple et sans particularité; elle prend la tête de l'armée française, entrainant à sa suite, soldats et chevaliers afin que la France retrouve un roi et sa dignité.

C'est  grâce à son attitude droite, pure et honnête qu'elle sera suivie et respectée par cette armée.

 

  "Quand à l'attitude de Jeanne au milieu des soldats, elle nous est rapportée par l'un d'entre eux, Colin Thibault:

"Jeanne s'irritait beaucoup quand elle entendait jurer(...). Dans l'armée, elle était toujours avec les soldats et j'ai entendu dire par plusieurs des familiers de Jeanne que jamais ils n'avaient eu désir d'elle; c'est à dire, que parfois ils en avaient volonté charnelle, cependant jamais n'osèrent s'y laisser aller(...).

J'ai interrogé à ce sujet plusieurs de ceux qui parfois la nuit couchèrent en compagnie de Jeanne, et ils me répondaient comme je l'ai dit, ajoutant qu'ils n'avaient jamais ressenti désir charnel au moment où ils la voyaient."

 

  Jeanne est donc un soldat.

 

 photos-scannees-1.jpg

(Commande possible d'une série de très belles cartes postales au profit de la restauration de la Basilique de Domrémy, en cliquant sur l'image.) 

 

 Avec une armure, une épée découverte derrière un autel, et une bannière imaginée par elle.

De toutes les batailles, et toujours la première, incitant au courage ses frères d'armes.

 

"Le Bâtard d'Orléans devait plus tard témoigner de la dure journée que fut ce 7 mai 1429.

"L'assaut (d'une des forteresse d'Orléans) dura depuis le matin jusqu'à huit heures de vêpres (après-midi), si bien qu'il n'y avait guère d'espoir de victoire ce jour-là.

(...), et à l'instant qu'elle (Jeanne) fut là, les Anglais frémirent et furent terrifiés et les soldats du roi reprirent courage et commencèrent à donner l'assaut contre le boulevard sans rencontrer la moindre résistance." 

 

Jeanne, dont nous pensons connaître la vie par coeur et que nous imaginons déjà si lointaine, est pourtant tellement actuelle et moderne.

Sur le plan militaire; elle aura inventée la guerre éclair.

Sur le plan politique; dont elle devrait être un modèle au lieu d'être accaparée et appropriée alors qu'elle n'appartient qu'à Dieu!

 

"Elle semble se dresser au seuil d'une Europe dans laquelle vont s'affronter impitoyablement les ambitions et naître sous couleur de nationalisme les haines les plus radicales (...), où vont complètement s'éteindre les usages féodaux, trêves, arbitrages et engagements chevalresques, (...) pour laisser place aux ambitions effrénées et illimitées du pouvoir politique ( tellement actuelle...)."

 

Sur le plan religieux; car elle est un modèle de fidélité et de courage  pour les chrétiens dans leur vie quotidienne.

 

Parce qu'il y a eu 2 Jeanne, 2 vies;

  il y a eu:

2 croix,

2 musiques,

2 post. 

Elles auraient pu être différentes mais elles furent  en fait si semblables , avec le même objectif dès le plus jeune âge.

 

Servir Dieu et la France.

 

VACANCES-FEV-MARS-2012-AU-GUIL.-001.jpg

 

 

 

"Jeanne est devenue une sainte universelle: par excellence la.... 

 

 

 

A laurence,

 qui m'a encore, et encore, fait confiance.

Je lui sais grè d'avoir suscité ces quelques moments d'intimités passés avec cette petite lorraine.

 

 

A un peu plus tard.... 

 

 

 

 

 

Rédigé par souslaveranda.over-blog.com

Commenter cet article

citronelle 20/03/2012 22:31

je fais partie d'un cercle des mamans encadré par un prêtre(FSP), nous avons eu un exposé sur jeanne d'Arc et ce petit livre a été présenté (très bien, il parait), il va falloir que je le
lise.Bises

Sabine 19/03/2012 23:38

Merci chère Madame Véranda! ça fait du bien de se remémorer tout cela. Bon exemple tout à fait d'actualité, pour les timides chrétiens que nous sommes! Je t'embrasse.