Home Sweet Home.

Publié le 21 Septembre 2012

Et vous, comment l'imaginez-vous?

Moi, quand les enfants étaient petits, quand ils étaient bruyants et parfois encombrants, brefs, quand ils étaient Présents,


c'est ainsi que, pendant de nombreuses années, je la rêvais:

HOME-SWEET-HOME-003.jpg

 

Et puis les années ont passé; les enfants sont de plus en plus absents et mes espérances ont changé...

HOME-SWEET-HOME.jpg

 

Avec tout de même, un peu plus de confort:

HOME-SWEET-HOME-001.jpg

 

Ce n'est pas une question de moyens, mais plutôt de chaleur.

De chaleur humaine; celle de mon mari, de mes enfants.et (bientôt!...) de mes petits enfants.

 

Ma maison, je la rêve avec une seule pièce afin que nous ne perdions pas de temps à éparpiller nos sentiments à travers multiples pièces, boudoirs, couloirs,...

2010-ETE-A-TRIER.jpg

( Quoique.

Si un jour, Sabine, tu veux faire un échange, je ne dirai pas non...)

 

Ainsi je garde bien à l'abri dans ma mémoire comme un diamant dans un écrin, un de ces merveilleux moments passés en famille.

Comme ce WE de foyers organisé par la FMND au Grand-Fougeray.

2010-GRAND-FOUGERAY1.jpg 

Dans la journée, les enfants étaient pris en charge par les Sœurs et les Frères,

2010-GRAND-FOUGERAY1-001.jpg

 

mais le soir, nous nous retrouvions tous dans une seule et même chambre.

Les enfants étaient ravis de dormir avec papa et maman.

Un vrai bonheur!

 

 

Je me souviens aussi de ces vacances passées sur une péniche.

Une cabane flottante de 30 m2. 

Un petit univers avec (presque) toutes les commodités.

Où notre seule activité était celle d'être: ensemble.

Un régal!

PENICHE.jpg

( Je ne serais pas honnête si je n'avouais que certains de nos grands n'ont pas forcément bien vécu d'être ainsi "limités"...

Mais j'ose affirmer qu'ils en gardent, j'en suis sûre, un joli souvenir.)

 

Revenons à ma Maison.

 

J'aime y être, m'y réfugier, m'y prélasser, y bricoler, y cuisiner ( non, pas jusque là!), y recevoir,

BIENVENUE!-001-copie-1

 

y travailler aussi car bien obligée;

mais:

 

"Seigneur, Maître des enfants, des hôpitaux et des casseroles, qui sont dans ma journée et dont j'ai le souci,

je ne puis être, hélas, la missionnaire qui agit partout, en tout temps en tout lieu.

Alors que je sois sainte en acceptant cette journée!

Donne-moi de te plaire en allumant le gaz, en préparant la soupe, en récurant l'évier.

De Marthe j'ai les mains mais de Marie j'ai l'âme.

Quand je cours les urgences,

quand je fais la vaisselle, debout, dans le gras des nouilles,

je pense que tes mains ont touché nos souillures.

Et je vois ta blessures en souffrant la mienne.(...)" ( Prière d'une mère de famille inconnue.)

 

 

Et pourtant.

Qu'elle est cette force qui nous pousse à vouloir toujours en sortir, à la quitter?

Nous avons un toit, une famille, mais il nous faut plus:

une reconnaissance.


Nous voici dehors, chez la nourrice, dans les transports, dans des bureaux, en réunions de bénévoles, dans des associations,...

 

      Et notre maison finit par voler en éclats, incapable de résister à cette bourrasque. 

 

Parce que la poutre maîtresse de cette maison, c'est nous: la femme , la mère.

Sans nous, elle s'écroule.

 

Il m'a fallu longtemps pour le découvrir parce que personne ne me l'avait dit quand j'étais enfant.

Une gêne peut-être, une crainte sans doute. Crainte de paraître  dépassée, démodée, dégénérée...?

Nous sommes une génération de complexées.

 

J'ai fini par comprendre où était ma vraie place, non, je l'ai vue; dans le regard de mon époux.

Attention, je ne condamne personne, et surtout pas celles qui n'ont pas le choix.

 

Je veux juste ( au moins j'aurai essayé), aider les femmes "au foyer" à se sentir bien, à l'affirmer sans complexe, et surtout à résister à celui;  je ne le nommerai pas je ne lui ferai pas ce plaisir, qui les pousse hors de leur maison, de leur famille.

 

Ce prêtre vous parlera beaucoup mieux que moi de celui que je ne nomme pas et qui s'acharne sur la femme car il connait sa valeur aux yeux de Dieu.

Prenez la peine d'écouter sa prédication  jusqu'au bout (ou du moins à partir des 5 premières minutes lorsqu'il commence à parler de la femme et de la famille), c'est édifiant et tellement vrai.

 

 

Enfin j'ajouterai que quelle que soit la maison; grande ou petite, pleine ou vide, à la ville ou à la campagne;

l'essentiel c'est qu'elle soit habitée par un homme ET une femme  .

Attention, je parle bien de deux personnes de sexe différent.

Et c'est à cette condition seulement que notre société pourra traverser les tempêtes, et que nos enfants s'épanouieront normalement.

 

(Dès à présent soyez attentifs; prêtez l'oreille aux murmures.

La France pleure, la France gronde.

Quand elle vous appellera à marcher pour défendre les valeurs de tous les Hommes.

Rejoignez-la.)

 

Alors ce soir, je m'adresse à mes filles;

celle qui décore avec goût et amour sa toute nouvelle maison afin de plaire à son époux;

celle qui imagine sa maison, avec son futur époux, tout en poursuivant sa vie professionnelle pendant quelques temps;

celle qui connaîtra, qui sait, le bonheur d'offrir toute sa vie à l'Amour du Christ;

celle qui rêve encore du prince charmant en s'endormant.

 

Quelque soit leur situation et leur maison, qu'elles aient toujours le souci de plaire à leurs prochains, en particulier à leur famille, et de trouver un bon équilibre.

HOME-SWEET-HOME-007.jpg

 

Pour finir je m'adresserai à moi.

J'aime ma maison et j' aime mes enfants dedans, à tous les étages.

Mais je ne dois pas les retenir, par mes gestes, mes sous-entendus, mes regards,... quand à leur tour ils "construiront" la leur.

Car:

"Ainsi donc l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront qu'une seule chair." ( Matthieu,19.5.)

 

C'est aussi à cette condition que leur maison sera solide.

 

 

A Anne-Cécile, Marie-Lys, Jeanne, Clothilde et... mes futures petites filles.

 

HOME-SWEET-HOME-004.jpg

 

A un peu plus tard...  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par souslaveranda.over-blog.com

Commenter cet article

citronelle 27/09/2012 21:15

Quel joli message, quelle belle prière... à dire et à redire souvent...
Femme au foyer, quelle belle profession, pas souvent reconnue mais tellement remplie même quans certaines tâches nous semblent répétitives.
On est bien à la maison même quand elle parait bien grande au départ des enfants. Comme toi je rêve d'une grande pièce de vie (on est souvent tous dans ma cuisine qui est toute petite)...
Bisous à la future grand maman

Anne-Laure 27/09/2012 20:43

Merci beaucoup.
Tout est dit et cela me touche.
Cette prière est très belle et tout a fait dans l'esprit de la petite Thérèse.

mme DDI 27/09/2012 20:21

comme ton post d'aujourdhui me touche énormément, moi qui perdue depuis qq semaines. Je te remercie pour la beauté de ce texte, et je vais y songer en m'endormant, parce que je ne cherche plus le
prince charmant, mais une solution....une réponse.
bon WE,futrue grand mere. je t'embrasse

Marie-Lys 25/09/2012 22:33

Maman, cet article c'est tout TOI ! Il est très beau

sourismamanetbonnemaman 25/09/2012 16:32

si tu savais comme elle me manque Ma maison!
En tous je ne suis absolument pas complexée ,j'aime ma maison ,j'aime y être y rester y revenir.

Et on a beau avoir de la place....dans ma maison on se retrouve toujours tous dans le même mètre carré.
C'est la maman qui donne le ton,et nous devons construire notre famille à l'image de la Sainte Famille;on n'a jamais entendu dire que la Sainte Vierge coincée ds un séminaire ou une réunion de
travail avait collé Notre Seigneur à la garderie
J'espère de tout coeur que mes filles auront le choix et la joie de s'épanouir dans leur maison
je t'embrasse sourisbientotgrandmère

camille 25/09/2012 08:22

superbe!!! merci!!! quelle beau discours et comme ça fait du bien au petit matin quand le repassage ressemble à une montagne, les lessives se suivent alors que le panier ne semble pas se vider, la
vaisselle est à refaire parce que le lv a mal fonctionné...
Merci!!!
et oui nous défendrons nos valeurs et nos familles !!!
très belle journée à vous et à toutes les femmes de la terre!!!

Sabine 24/09/2012 23:42

Coquine, tu as bien raison, et c'est quand tu veux, mais méfies-toi des oubliettes, on y trouve de drôles de bêtes! Merci encore de nous régaler! moi je préfère la 1ère, j'y aurai un atelier à
chaque bout de couloir!!!

Angèle 24/09/2012 19:46

tellement vrai tout cela.... Moi, je me retrouve dans le mot "complexée"... En mal de reconnaissance, et on oublie un peu trop souvent qu'on existe autrement que "femme de" ou "mère de"...Merci
pour cette prière de "mère inconnue", tellement valable, tous les jours....
MERCI !

Evelyne. 25/09/2012 11:11



Merci à vous pour cette aimable visite. Je garde précieusement cette prière depuis que je suis jeune mariée ; je vous livre la
suite :


 


« De prier longuement je n’ai pas le loisir.


C’est pourquoi je te dis : réchauffe ma journée


Du feu de ton amour, que ta paix divine


Apaise les excès de mon humeur ulcérée


Et fasse taire aussi mes envies de gifler.


Tu aimais tant Seigneur les petits enfants, sur la montagne, au bord du lac, partout.


Quand je servirai aux miens le repas que voici, ce sera toi Seigneur qui sera à ma table,


Car c'est toi que je sers en les servant ici."