Une parenthèse.

Publié le 7 Mai 2012

C'est un mystère.

 

Alors que le calendrier des vacances d'été commence à s'organiser, je ne peux résister à la tentation, comme chaque année, de lorgner vers le bas.

Le bas de la carte où est dessiné un gros et constant rond jaune, toujours flanqué de chiffres qui ne cessent d'augmenter plus les mois se dirigent vers juillet.

Mais comment peut-il faire aussi chaud??!!

Et c'est toujours en rêvant que nous imaginons nos cousins de Marseille avec sous un bras, leur cartable, et sous l'autre, leur planche à voile.

Mais comment font-ils pour réussir leurs examens???

Une des nombreuses vertues de l'huile d'olive, sans nul doute.

 

Et pourtant.

 

C'est là-haut que nous aspirons à être.

Tous.

En haut de cette même carte où les mêmes spécialistes de la météo, dessinent, constamment, un gros nuage gris accompagné de grosses gouttes d'eau et flanqué de chiffres qui ne peuvent plus augmenter ayant atteint le seuil  maximal de  force du vent.

Mais comment peut-on résister??!!

 

Peut-être comme ce passant que je regardais par ma fenêtre lors du dernier "gros vent", penché vers le bas, front contre l'assaut, les deux pieds bien arrimés à cette terre qui l'a sans doute vu naître.

 Pareil au Lys de Balzac, il pliait mais ne rompait pas.

 

Etonnant phénomème que celui de ces personnes si fortement accrochées à leur région qui un temps en revendiquaient la seule appartenance, et qui lorsqu'elles s'en éloignent, ne rêvent que d'y revenir.

Etonnant mystère que celui de ces individus qui,aprés un jour de passage, y reviennent comme ces poissons volants attirés de nuit par la lumière des chalutiers en mer.

Faut-il qu'à l'eau de pluie dont les nuages se forment au dessus de la forêt de Brocéliande,

 

IMGP9551.JPG

 

 se mélange une quelconque potion de druides dont le pouvoir serait celui de nous enchainer à cette terre que l'on dit hostile parce que indomptée?

 

Lorsque je téléphonais à une amie "contaminée" elle aussi, habitant plus loin dans les terres pour savoir comment elle supportait cet assaut tempétueux depuis plusieurs jours, elle me répondit:

"-Je m'en fiche."

Elle avait raison.

Bon sens acquis au fil des saisons où à cotoyer le pire (temps), on ne peut qu'espérer le meilleur.

Qui voit Sein n'a plus peur du lendemain.

 

Montages2.jpg

 

Les enfants ont merveilleusement joués, lus, sans presque aucune dispute, alors que je m'attendais à ce que la tempête sévisse plus dans la maison que sur notre toiture trouée (Et oui, c'est ainsi; pleins de petits trous et irrégularités et inconvénients. Mais tant mieux, car une maison de vacances sans défaut, est une maison de vacances sans âme.).

Une aubaine ce temps pour moi qui aie pu honorer une grosse commande de croix. 

 

2012-01-02, CROIX JANVIER 2012( Des commandes sont possible ICI.) 

 

Et puis un matin cela s'est calmé et le soleil a percé.

 

IMGP9434.JPG

Les nuages se sont éloignés.

 

IMGP9443.JPG

 

Car, c'est bien connu et reconnu: en Bretagne, ils ne s'attardent jamais. 

 

Et là, ce fut du grand Art!

 

2012-VACANCES-PRINTEMPS-001.jpg

 

Qui voit le Fromeur, entrevoit le bonheur. 

Merveilleux paysages toujours en mouvement dont le regard ne peut jamais se lasser .

 

IMGP9561.JPG

Non vraiment, ils n'ont rien à envier à leurs cousins d'en bas.

 

IMGP9562.JPG

 

Je ne suis pas  d'ici,  mais ici j'y suis et  maintenant j'y reste.

Ici est une parenthèse sans tracas ni soucis.

Qui voit Molène oublit sa peine.  

 Ici est une parenthèse où le temps s'arrête.

 Remplacé par les horaires des marées,

 

AOUT-2011-VACANCES-AU-GUIL-015.jpg

 

et par ceux des trains; va et vient réguliers des êtres chers qui arrivent et repartent.

 Mouvement similaire à celui de leur bol dans les placards.

(Je sais, c'est prématuré, mais j'ai craqué...)

 

IMGP9549.JPG 

  Et puis ce soir lors d'une promenade au bord de l'eau, j'ai senti que quelque chose se préparait.

Le vent a tourné.

 

IMGP9478.JPG

 

Un léger voile s'est posé sur le soleil.

 

IMGP9499.JPG

 

 La mer est calme, si calme...Trop calme. 

 

IMGP9519.JPG

 

Tout autour la nature est à "l'arret", comme si elle retenait son souffle.

" Le calme; avant la tempête..."

Qui voit Ouessant, voit son sang!

 

Photo 134

 

 

A toutes celles et ceux qui lorsqu'ils n'y sont plus , sont déracinés.

Que ce soit une parenthèse ponctuée par le cri de la mouette, celui de la marmotte, par le chant du chardonneret,

IMGP9608.JPG

 de la reinette ou celui des cigales. 

 

Enfin bienvenue à Bertille,

qui recevra le sacrement de baptême dimanche prochain en l'église St Pierre-Ville.

Que Dieu te garde jolie petite âme.

 

IMGP9568.JPG

 

 

 

A un peu plus tard...

 

 

2012-VACANCES-PRINTEMPS-002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par souslaveranda.over-blog.com

Commenter cet article

nath46 16/05/2012 10:12

Je ne connaissais pas cette chanson, elle est très belle !
Quelle belle voix...
peux-tu me donner des nouvelles de votre petite ménage ?
Avec toutes nos pensées et notre amitié.
Nathalie

citronelle 10/05/2012 00:11

Merci Petite Madame pour ces si belles photos !!!
Et oui, elle manque la Bretagne quand on est loin...
Elle a une petite place dans mon coeur et dans ma tête, à la retraite peut être...!!!

sourisdéracinée 09/05/2012 15:09

qu'elle est belle ma Bretagne qd elle pleut......
J-8jours pour respirer de nouveau
trop bien
je t'embrasse

Yvelyne-Marie 09/05/2012 14:39

Oui, l'on se sent tellement déraciné lorsqu'on est loin de sa Bretagne, sa seconde patrie, après le Ciel, devant la France... même... C'est ainsi inscrit dans notre coeur, l'on n'y peut rien...
Chez moi, chez les miens, c'est ainsi depuis plusieurs dizaines de générations.. Et pourtant, nous sommes si loin, nous n'y allons que trop peu souvent, et elle nous manque tellement, que rien ni
aucune autre région ne puisse la remplacer... Merci d'avoir fait allusion aux expatriés de l'Ouest... et je ne puis que me réjouir de vous savoir "envoûtée" à votre tour par les charmes et les
saveurs de ce bout de la terre !