Publié le 3 Juin 2013

 

En moins de trois semaines, c'est la deuxième fois que Clothilde rentre de l'école avec une petite mine.

La raison de cet air dépité tient au fait que, comme pour sa maman, elle n'aura pas de cadeau à offrir à son papa dimanche.

J'ai essayé de la consoler en lui affirmant que pour son papa, le plus beau des cadeaux restera toujours le sourire de sa petite fille.

 

J'avais déjà constaté avec ses ainés que cette "tradition" était en voie de disparition.

Lorsque je faisais part de mon étonnement à l'enseignant en mettant en avant la déception de l'enfant; il m'avait répondu que cela pouvait entrainer des situations délicates, surtout pour les enfants qui vivaient avec un seul parent.

Le comprenant très bien concernant la perte tragique d'un parent (Mais heureusement, n'étant pas un pays en guerre, cela reste exceptionnel.); je n'y voyais aucun sens pour les enfants de parents séparés.

Un papa et une maman, cet enfant a.

Au contraire, ce geste pouvait rester le petit lien d'une famille autrefois unie.

 

A l'inverse, je prie pour ne pas connaître ce jour où les enfants rentreront de l'école avec deux cadeaux...

 

 

En attendant je comprends ma petite fille, me souvenant avec émotion du petit objet fabriqué à l'école à l'occasion de la fête des mères ou de celle des pères.

C'était un grand secret que je partageais d'abord avec l'un puis quinze jours plus tard avec l'autre...

 

Ou alors; et cela sans me lasser plusieurs années de suite, je triturais à grand renfort d'eau la terre de notre jardin que je malaxais longuement pour fabriquer un "joli" cendrier pour papa, afin de rivaliser avec le "joli" collier de nouilles de maman.

 

Depuis papa ne fume plus.

Et moi j'ai grandi.

 

Aussi ce soir mon cher papa, à la veille de cette fête, je m'évertue à tourner et retourner mes mots dans ma tête, à les triturer, les malaxer pour enfin te les offrir afin qu'ils te disent comme je t'aime;

et te remercier pour la Vie.

 

Ce sont en effet en général les mamans qui sont remerciées pour la vie.

Pourtant les papas veillent et suivent autant leur enfant avec parfois, en plus, le lourd fardeau de l'équilibre financier du foyer.

 

 

"Cher papa,

A la veille de ce grand voyage où nos chemins convergent vers toi, chacun s'active et se prépare.

Organisés pour certains, en cata pour les autres; c'est selon et c'est ainsi.

Une parenthèse au milieu de nos vies différentes, une pause passagère; un retour à la source peut-être.

Or il fallait un cadeau? Mais quoi?

Un livre qui rapidement prendrait la poussière?

Non;

cette dernière s'accumule déjà trop dans cette maison.

Un CD de plus qui rejoindrait l'étonnant édifice pour finir par toucher le plafond?!!

Non;

si j'avais un peu plus de temps et de talent, je t'offrierais des mots.

Cela ne coute rien des mots et peut rapporter tant!

Des mots tels ces gentils compliments joliment tournés et illustrés, autrefois offerts par les petits enfants à leurs parents.


 

PETIT PAPA

 

 

Je les aurais sans doute emprintés à Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face;

éternelle petite fille...


      "(...) Et si j'étais petite étoile

Je voudrais toujours être au soir

A cette heure où le jour se voile

Pour t'offrir un rayon d'espoir

 

Longtemps à travers ta fenêtre

Je brillerai de mille feux

Et ne voudrais disparaître 

Sans te parler un peu des cieux

 

Mais je n'ai point d'ailes qui brillent

Je ne suis point un Séraphin

Je suis une petite fille

Qu'on tient encore par la main (...)"

 

( Chabottes 19 mai 2013)"

 

Ne regrette pas les cendriers cher papa;

tes petits enfants, à chaque instant, sont maintenant là pour te manifester, chacun à leur manière, leur amour et leur reconnaissance.

 

 

IMAGES-IV-1315.JPG

 

 (Petit bouquetin,

animal familier des montagnes du Champsaur,

fabriqué par Joseph pour son grand-père le 19 mai 2013.)

 

 

A un peu plus tard...

 

 

( Merci à Yveline-Marie, de m'avoir permis de vous offrir cette jolie chanson.)

Voir les commentaires

Rédigé par souslaveranda.over-blog.com